Le mouvement ouvrier féminin

0
Le mouvement ouvrier féminin

Je voudrais vous dire quelques mots sur les tâches générales du mouvement ouvrier féminin dans la République des Soviets, aussi bien pour celles qui sont liées à la transition vers le socialisme en général que sur celles qui, actuellement, occupent le premier plan d’une façon particulièrement pressante. Camarades, c’est le début de la question de la femme a été soulevé par le pouvoir soviétique. Il me semble que la tâche de tout Etat ouvrier passant au socialisme sera de deux sortes. La première partis de cette tâche est relativement simple et facile. Elle a trait aux vieilles lois qui ont mis la femme dans un état d’infériorité à l’égard de l’homme.

Depuis fort longtemps, non seulement pendant des dizaines d’années, mais durant des siècles, les représentants de tous les mouvements libérateurs en Europe occidentale ont exigé l’abrogation de ces lois surannées et l’établissement de l’égalité juridique entre hommes et femmes, mais pas un des Etats démocratique de l’Europe, aucune des Républiques plus avancées n’a réussi à réaliser cette revendication, car, partout où existe le capitalisme, partout où l’on conserve la propriété privée de la terre, des fabriques et des usines, partout où l’on maintient le pouvoir du Capital, les privilèges des hommes restent en vigueur. En Russie, on a réussi à réaliser cette revendication pour la seule raison que, depuis le 25 octobre 1917, on y a établi le pouvoir des ouvriers. Le pouvoir soviétique s’est donné pour tâche, dès le début, d’exister comme pouvoir des travailleurs, ennemi de toute exploitation. Il s’est donné pour tâche d’extirper les possibilités d’exploitation des travailleurs par les propriétaires fonciers et les capitalistes, de détruire la domination du Capital. Le pouvoir soviétique s’est efforcé d’obtenir que les travailleurs construisent leur vie sans la propriété privée sur les fabriques et usines, sans cette propriété privée qui, partout dans le monde, même en pleine liberté politique, même dans les Républiques les plus démocratiques, a réduit les ouvriers à la misère et à l’esclavage salarié, et la femme à un esclavage double.

C’est pourquoi le pouvoir soviétique, en tant que pouvoir des travailleurs, a réalisé au cours des premiers mois de son existence, la transformation la plus décisive sur le plan de la législation relative aux femmes. Dans la République soviétique, il n’est pas resté pierre sur pierre des lois qui ont placé la femme dans un état d’infériorité. Je fais allusion, notamment, aux lois qui ont spécialement exploité la condition inférieure de la femme, l’ont privée de droits, et l’ont même souvent humiliée, c’est-à-dire aux lois sur le divorce, sur les enfants naturels, sur la recherche de paternité pour assurer la subsistance de l’enfant.

Les tâches des femmes dans la Républiques de Soviets.. Lénine : « Des tâches du mouvement ouvrier féminin dans la République soviétique« . Discours prononcé le 23/09/1919 à la IVème conférence des ouvrières sans parti de la ville de Moscou. Pravda, 25/09/1919. Oeuvres, t. XXIV, p. 467-472. (Edit.Russe)