Nous ne sommes pas des utopistes.

0
Nous ne sommes pas des utopistes.

Tant que les femmes ne seront pas appelées à participer librement à la vie politique en général, mais aussi à s’acquitter d’un service civique permanent et universel, il ne peut-être question de socialisme, ni même d’une démocratie intégrale et durable.

Les fonctions de « police », telles que l’assistance aux malades et aux enfants abandonnés, le contrôle de l’alimentation, etc. ne peuvent, en général être assurés, de façon satisfaisante tant que les femmes n’auront pas obtenu l’égalité non point nominale mais effective.

Nous ne sommes pas des utopistes. Nous savons que le premier manœuvre ou la première cuisinière venus ne sont pas en mesure de participer immédiatement à l’administration de l’Etat. Là-dessus, nous sommes d’accord avec les cadets, avec Brechkovskaia, avec Tsérétéli. Mais nous différons de ces citoyens en ce que nous exigeons la rupture immédiate avec le préjugé d’après lequel, seuls les fonctionnaires riches ou de famille riche seraient capables de diriger l’Etat, d’accomplir le travail administratif courant, quotidien.

Lénine, Les Tâches du prolétariat dans notre Révolution, écrit le 10/23 avril  1917, publié en brochure en septembre 1917 – La femme et la vie publique-.

Lénine. Œuvres choisies, t. II. p.30, Editions en langues étrangères, Moscou, 1947.