Fourier et l’émancipation des femmes.

0
Fourier et l’émancipation des femmes.

Fourier prend au mot la bourgeoisie, ses prophètes enthousiastes d’avant la Révolution, et ses panégyristes intéressés d’après la Révolution. Il dévoile sans pitié la misère matérielle et morale du monde bourgeois ; il met en regard les promesses illusoires des « philosophes » relatives à la société où régnera la raison seule, à la civilisation faisant le bonheur de tous, à la perfectibilité humaine indéfinie, aussi bien que la phraséologie couleur de rose des idéologues bourgeois contemporains ; il démontre qu’aux phrases les plus grandiloquentes répond partout la plus misérable des réalités, et il déverse sa raillerie mordante sur ce fiasco irrémédiable de la phrase. Fourier n’est pas seulement un critique : sa nature éternellement allègre fait de lui un satirique, et l’un des plus grands satiriques de tous les temps. Il décrit avec autant maestria que de gaieté les folles spéculations qui fleurirent au déclin de la Révolution, et l’esprit boutiquier généralement répandu dans tout le commerce français d’alors. Plus magistrale encore est sa critique de la manière dont la bourgeoisie organise les rapports sexuels et de la situation de la femme dans la société bourgeoise. Il énonce pour la première fois cette vérité que, dans une société donnée, le degré de l’émancipation féminine est la mesure naturelle du degré de l’émancipation générale.

Le Bouleversement de la science par Monsieur Eugène Dühring.