Sojourner Truth, « Ne suis-je pas une femme? »

0
Sojourner Truth, « Ne suis-je pas une femme? »

 » Bon les enfants, quand il y a autant de raffut quelque part, c’est qu’il y a quelque chose de détraqué, je crois qu’entre les Noirs du Sud et les femmes du Nord, qui parlent tous de leurs droits, l’homme blanc va bientôt être dans le pétrin. Mais de quoi parlent-ils au juste?

Cet homme là-bas dit que les femmes doivent être aidées pour monter en voiture, qu’on doit les porter pour passer les fossés et qu’elles doivent avoir les meilleures places partout. jamais personne ne m’aide pour monter en voiture, traverser les fossés ou ne me donne une meilleure place ! Et ne suis-je pas une femme ?

Regardez-moi ! Regardez mon bras ! J’ai labouré, planté et rempli des granges, et aucun homme ne pouvait me devancer ! Et ne suis-je pas une femme ? Je pouvais travailler autant qu’un homme, manger autant qu’un homme (quand j’avais assez à manger) et supporter tout autant le fouet ! Et ne suis-je pas une femme ?

J’ai mis au monde treize enfants, la plupart d’entre eux vendus comme esclaves, et quand j’ai pleuré avec ma douleur de mère, personne ne m’écoutait à part Jésus ! Et ne suis-je pas une femme ?

Ensuite, ils parlent de cette chose dans la tête; comment est-ce qu’ils appellent ça? (les membres de l’auditoire lui chuchotent, « l’intellect ») C’est ça, chérie. Qu’est-ce que cela a à voir avec les droits des femmes ou les droits des noirs? Quand bien même mon verre ne ferait qu’un demi , et le tien une pinte ne serait-ce pas méchant de ne pas me laisser remplir le mien?

Et puis ce petit homme noir là-bas, dit que les femmes ne peuvent pas avoir autant de droits que les hommes, car le christ n’était pas une femme! Et ton christ, il vient d’où? De Dieu et d’une femme! L’homme n’avait rien à voir avec lui.

Si la première femme que Dieu a créee était assez forte pour mettre le monde à l’envers à elle toute seule, alors ces femmes ensemble devraient être en mesure de le mettre en ordre et de le faire tourner rond à nouveau! Et maintenant qu’elles demandent à s’y mettre, les hommes feraient mieux de les laisser faire.

Merci de m’avoir écoutée, et maintenant, la vieille Sojourner n’a plus rien à dire. »

Discours prononcé en 1851, Women’s convention de Akron, Ohio, USA