A propos des jouets des tout petits

0
A propos des jouets des tout petits

Nadejda Kroupskaïa, la compagne, l’amie , la collaboratrice du grand Lénine, a consacré de longues années de sa vie à l’instruction publique.

Commissaire du peuple adjoint, Nadejda Kroupskaïa a accordé une grande attention aux problèmes de l’éducation des enfants. Un recueil d’articles de Kroupskaïa sur l’éducation préscolaire a paru en  1939, sous le titre  » L’éducation préscolaire ». Nous donnons ci-dessous un des articles de ce recueil.

Nous ne pouvons pas considérer les jouets d’enfants en nous plaçant au point de vue des goûts de l’adulte. Nous devons nous demander ce qui plaît et ce qui est nécessaire à l’enfant.

Il est important de savoir à quel âge convient tel ou tel jouet. L’âge préscolaire a plus que tout autre besoin de jouets. Il faut des jouets bon marché, accessibles à tous produits en masse.

Le tout petit ne connaît pas encore le milieu ambiant. Il l’étudie par l’observation, par l’imitation, il répète interminablement les mêmes gestes, paroles, jeux. Il faut voir l’orientation de son activité et fournir les jouets qui stimulent cette activité, l’organisent, l’orientent.

L’enfant ne sait pas encore distinguer convenablement les couleurs. Donnons-lui des jouets qui lui apprendront à discerner les différentes couleurs (les bouts d’étoffes multicolores sont tout indiqués ; les enfants peuvent s’en servir pour envelopper leurs poupées. On peut leur offrir aussi de petites boîtes, des rondelles, etc.

L’enfant ne distingue pas encore les grandeurs : il faut lui donner des jouets qui facilitent la perception de la grandeur des objets.

Dans cet ordre d ‘idées, on se servira utilement d’œufs de bois s’insérant les uns dans les autres, ou de boîtes de diverses grandeurs, de petits animaux en bois connus des enfants ou de figurine d’hommes. Les enfants pourront les aligner par ordre de grandeur : deux adultes, deux fillettes, deux garçons ; deux adultes, trois fillettes, cinq garçons, etc. Ces figures doivent être simples, de telle sorte que ni leur forme, ni leur couleur ne viennent distraire les enfants du but principal.

Les enfants ne connaissent pas encore les distances. Mettons-leur en main une ardoise et un crayon pour qu’ils puissent tracer des lignes de diverses grandeurs dans tous les sens, les effacer, en faire d’autres.

Il faut des balles souples que l’on puisse jeter, sans craindre de casser quelque chose, de faire mal à quelqu’un, etc.

Les enfants en sont encore à développer leur sens du toucher : ils sentent le besoin de tout palper. Donnons-leur des objets rigides, moelleux, polis rugueux ; apprenons-leur à distinguer les divers objets en les touchant, à connaître la forme par le toucher, en retirant d’un sac tel ou tel objet.

Il est utile de donner aux enfants d’âge préscolaire des instruments sonores, des clochettes, des tambours (bien entendu, ce ne sont pas des jeux de chambre).

Il est important que l’enfant ait en mains une poupée point laide, peu fragile, qu’il puisse mettre dans un baignoire, laver vêtir et dévêtir, en apprenant ainsi à nouer des cordons, à boutonner une veste. La poupée doit être simple, bon marché, mais belle difficile à défigurer, à abîmer.

Il n’est pas moins important de fournir à l’enfant une vaisselle incassable qu’il puisse distribuer, emplir de sable, de grains, etc. Il ne faut pas donner aux tout petits des éléphants, des tigres, des ours que l’enfant n’a jamais vus. S’il aime le jouet qui représente un ours, c’est parce que cet ours est velouté et que ses pattes remuent. Donnons-lui plutôt un chat, un chien, un cheval animaux qu’il a vu vivants et qu’il peut observer.

Il faut aussi des cubes (grands, mais légers), et d’autres objets en bois, permettant de faire diverses constructions.

En été, il importe que l’enfant ait à sa disposition des pelles, des brouettes, des petits paniers où l’on puisse ramasser tout ce qui vous tombe sous la main. En hiver, un petit traîneau.

Quels sont les jouets qui intéressent les préscolaires plus que leurs aînés ? Si les tout petits jouent des préférence isolément, les préscolaires plus âgés aiment les jeux collectifs.

Si les tout petits s’intéressent au chat, à l’homme, à la femme isolée, les enfants un peu plus âgés veulent voir tous ces objets en action dans un certain cadre. Et c’est là que les images sont particulièrement importantes.

Le préscolaire plus âgé s’intéresse à son entourage. Voici sa mère. Que fait-elle ? Voici le père. Que fait-il ? Que fait les frère aîné ? Ce qui l’intéresse avant to c’est  qui lui est proche, accessible, et non les personnages exotiques, non les objets qui dépassent son rayon visuel, mais la vie, mais les hommes qu’il observe.

Ici, il faut des images à découper d’un certain genre. Autrefois, on faisait des images comme celles-ci : un Turc fumant sa pipe. Un vieillard assis sur une souche. A côté, on laissait une place où l’on pouvait insérer d’autres images : « Voici une petite fille qui entre » – c’est l’image d’une petite fille en robe rose etc. Il s’agit de choisir d’autres sujets d’images, mais le type de jouet peut-être conservé. Il pourra être très intéressant si le matériel est proche et accessible aux enfants.

SI vous examinez les dessins des enfants de quatre à cinq ans, vous constaterez qu’ils dessinent les objets ou les hommes dans un certain cadre, toujours le même. Les détails ne les intéressent pas encore. C’est l’âge où les enfants commencent à dessiner. Il faut leur donner du papier et des crayons de couleurs.

L’âge préscolaire aîné est le plus difficile au point de vue du choix des jouets, car l’ambiance de ces enfants offre une très grande variété. Et il faut aux enfants de cet âge des jouets tout à fait corrects.

A cet âge, les jouets doivent faciliter à l’enfant l’étude de la vie concrete que l’entoure. Il est très bon de recourir au théâtre d’enfants. Guignol est très aimé des préscolaires, mais le thème des épisodes doit être concert, aussi peu artificiel que possible. Il arrive à l’adulte de ne pas comprendre la cause de l’hilarité ou de l’effroi d’un enfant. L’adulte doit étudier soigneusement les traits propres de l’enfance. C’est aussi un soin que doit prendre le producteur de jouets, sinon le jouet ne pourra pas faire vraiment plaisir à l’enfant, contribuer à son éducation, à ses progrès.

Ce ne sont là que quelques considérations sur les jouets destinés aux enfants de l’âge antérieur à l’école. Il ne faut pas inventer de jouets à présentation compliquée : ce qui importe, c’est la simplicité et le bon marché. L’organisation en grand des crèches et des jardins d’enfants exige que l’on s’occupe du problème des jouets des tout petits. C’est un grand problème auquel il faut réfléchir sérieusement.

La femme soviétique n°3 – 1946. page 53