Le Komsomol et l’école

0
Le Komsomol et l’école

En Union Soviétique où l’instruction générale obligatoire se réalise pratiquement, où la Constitution consacre le droit de chaque citoyen à l’instruction, l’école est un puissant foyer de culture et d’instruction pour les larges masses du peuple. Nous avons un système progressiste d’éducation et d’instruction scolaire, nouveau quant à ses principes, et l’Etat assure toutes les conditions nécessaires à son application.

Les élèves des écoles soviétiques, devenus médecins, aviateurs, ingénieurs, marins, pédagogues, agronomes, Héros du Travail Socialiste, se souviennent avec amour et reconnaissance de leur école et de leurs maîtres, de ceux qui les ont instruits et éduqués, de ceux qui les ont aidés à s’engager dans le large chemin de la vie, à embrasser une carrière où leur activité créatrice et pacifique peut s’exercer sur une vaste échelle.

Les organisations de Komsomol (Jeunesses Communistes) qui groupent la partie la meilleure, la plus progressiste et la plus consciente de la jeunesse stalinienne, sont une grande force organisatrice à l’école. Plus de 50% des élèves des grandes classes y adhèrent. Sous la direction de leurs maîtres, éducateurs et directeurs d’école, ils s’efforcent d’obtenir les plus beaux succès, d’acquérir de solides connaissances.

La première tâche de Komsomol consiste à « aider de toutes manières les instituteurs à donner de profondes connaissances aux écoliers, à élargir leur horizon, à éveiller et développer leur soif d’apprendre…d’aider les directeurs et les maîtres à améliorer la discipline et l’ordre à l’école », est-il dit dans les décisions du XIème congrès du Komsomol.

Les Komsomols sont avant tout les meilleurs élèves. Ils donnent l’exemple à leurs camarades par l’accomplissement consciencieux de leurs devoirs d’écoliers, par leur conduite disciplinée et leur organisation. La plupart des élèves qui en terminant l »école se voient attribuer la médaille d’or ou d’argent sont des komsomols. Ainsi à Moscou, sur une promotion de 1 119 bacheliers récompensés de médailles, 996 sont des komsomols, à Léningrad 413 sur 477, à Kiev 369 sur 397.

Le mérite des komsomols ne se résume pas exclusivement à bien étudier. Ils entraînent toute la jeunesse à leur suite. Voici par exemple quelle est l’activité de l’organisation des komsomols de l’école n°131 de Kiev qui est une école secondaire de garçons.

On y comte  243 komsomols. Ils font tous de bonnes études et en plus chacun d’eux s’estime responsable des succès des ses camarades. le groupe de komsomols de chaque classe est toujours prêt ) aider le camarade qui a des difficultés à apprendre ou qui pour une raison quelconque a du retard dans ses études. Si un élève tombe malade ou si à la suite d’un changement de résidence, il a manqué ses classe, les komsomols organisent immédiatement l’assistance au retardataire. Ils chargent le meilleur élève de l’aider à préparer ses devoirs, de lui expliquer les questions qu’il ne comprend pas. Les journaux muraux font chaque semaine le bilan des notes obtenues permettant ainsi de suivre plus aisément les succès de chaque écolier. D’autre part les journaux muraux soulignent les efforts des élèves les plus appliqués et critiquent sévèrement mais dans un esprit de camaraderie, les insouciants, ceux qui par paresse ou négligence ont mérité de mauvaises notes.

Le souci que les komsomols ont du succès de leurs camarades de classe s’accroît surtout dans la période des examens.A l’école des garçons n°131, le comité du komsomol pria le directeur E. Kritman d’organiser une salle spéciale où des professeurs donneraient des consultations aux élèves qui en auraient besoins. Faut-il s’étonner que sur une promotion de 70 élèves qui achevèrent cette année leurs études secondaires, 19 reçurent la médaille d’or. Tous sont des komsomols.

Les écoliers soviétiques s’intéressent à des questions très nombreuses et variées : dernières conquêtes de la science, arts, lettres, sports, etc. Les komsomols sont le bras droit des instituteurs et des dirigeants d’école quand il s’agit d’organiser des soirées consacrées à la vulgarisation de la science, des concours de jeunes physiciens et chimistes, des conférences de lecteurs ou des discussions littéraires. Ils invitent aux conférences scolaires des savants et écrivains éminents, d’anciens combattants de la Grande Guerre Nationale, des stakhanovistes d’usines et de fabriques, différentes personnalités de leur ville. Les conférences consacrées à « Staline grand chef militaire », au discours de Lénine au IIIème congrès des Komsomols », à « l’enfance et la jeunesse de Staline » sont très populaires parmi les écoliers. C’est avec un vif intérêt qu’ils ont suivi la récente discussion biologique à la session de l’Académie Lénine des sciences agricoles de l’URSS. Les conférences consacrées à I. V. Mitchourine et T.D.Lyssenko ont attiré beaucoup de monde.

Les komsomols s’efforcent d’acquérir les nobles qualités des jeunesses communistes léninistes. Les problèmes de morale touchent profondément les jeunes. A leurs réunions, les komsomols ont débattu avec ardeur la question « Qu’est-ce qu’un komsomol ». C’est avec feu et émotion que les garçons ont parlé de l’honneur, de la franchise, du sentiment du devoir envers la collectivité. Ils ont ouvertement t sans ambages critiqué leurs propres défauts et ceux de leurs camarades.

Le sport est l’un des passe-temps préférés des écoliers. Dans ce domaine come dans les autres les komsomols se présentent en organisateurs des sections et des concours. Les élèves de l’école n°131, d’une année à l’autre, gagnent la première place aux compétitions sportives des écoliers de Kiev.

C’est ainsi que travaillent la plupart des organisations du komsomol dans nos école soviétiques.

Interrogez les directeurs des écoles de Moscou, les maîtres émérites de l’école soviétique Lydia Alexéevna Pomérantzeva, Ekaterina Vassilievna Martianova, Lubov Guéorgievna Bagdassarova, Ivan Kouzmitch Novikov, ils vous répondront que les komsomols sont leurs aides les meilleurs. L’initiative, la gaieté, la juvénile et débordante énergie des komsomols unies à la grande expérience pédagogique et vitale du professeur, à ses vastes connaissances, se concrétisent dans un travail extrascolaire très utiles qui vient compléter celui de l’école .

A l’école des filles n°610, à Moscou, qui est dirigée par Lydia Alexéevna Pomérantseva, l’activité des cercles est particulièrement intéressante. Ce sont les komsomols qui ont pris l’initiative de les organiser. Les fillettes qui fréquentent les cercles littéraires étudient les plus belles oeuvres de la littérature soviétique « Le jeune garde » de Fadéev, « Loin de Moscou » d’Ajaev, « De tout cœur » de E. Maltsev et bien d’autres. Dans ces mêmes cercles, les fillettes prennent connaissances des articles publicitaires de grands critiques russes tels que V.G. Bielinski, N.G. Tchernychevski, N.A. Dobrolioubov. Les jeunes filles écrivent des résumés et font en présence de toute l’école des conférences consacrées aux lettres. Le cercle de physique où travaillent les élèves de la 10ème année a procédé à une étude approfondie des lois de Newton. Le cercle de géographie destiné aux élèves de 8ème année, après avoir étudié la vie et l’activité des célèbres explorateurs russes, a organisé pour ses membres une rencontre avec J.G Promtov, auteur du livre « Sur les monts du Thian-Chan ». Toute cette activité si variée étend les connaissances des écoliers, les pousse à aimer une matière ou une autre, relève leurs aptitudes, développe leurs goûts et les aide à choisir leur future carrière.

Le Komsomol contribue largement à l’aménagement des écoles. Les Komsomols ont fait écho à l’appel : « A chaque école son verger ! » Dans toutes les villes importantes de grands travaux sont en cours pour planter des jardins autour des écoles. Dans l’arrondissement Timiriazev des la cpaitle les écoliers ont déjà planté des jardins aurprès de 17 écoles sur 21. Les jardins de l’école n°201 portant le nom du héros de l’Union Soviétique Zoïa Kosmodémianskaïa et celui de l’école n° 212 comptent déjà plusieurs centaines d’arbres fruitiers.

Les Komsomols de la ville de Rostov ont pris l’initiative d’aménager des terrains de sports modèles auprès de chaque école. En peu de temps les komsomols ont aménagé auprès de 25 000 écoles de l’URSS des terrains omnisports.

Le comité central du Parti Communiste bolchévik , saluant le XIème Congrès des jeunes édificateurs du communisme a déclaré :

 » A présent, quand le peuple soviétique résout les grands problèmes de l’édification du communisme, un rôle encore plus grans appartient au Komsomol dans l’oeuvre de l’éducation de la jeunes dans l’esprit du communisme. Les komsomols doivent former parmi les jeunes intrépides, énergiques, vifs et combattants, sûrs de leurs forces et prêts à surmonter tous les obstacles dans la lutte pour la liberté, pour l’honneur de notre Patrie, pour la cause du Parti de Lénine et de Staline, pour le triomphe du communisme. »

L’Union des Jeunesses Communistes Léninistes s’acquitte avec honneur de cette mission.

M. Kolmakova, La femme Soviétique n°5, 1949.